Zen meditation (EN tempo)

Monastère bouddhiste Ryumon Ji

Dâna house

Administrateurs :

Discours à la Mairie de Paris, 2009


Discours d'Maître Reigen Wang-Genh, président de l'UBF à l’Hôtel de Ville de Paris
A l’occasion de la soirée du Vesak à l’Hôtel de Ville de Paris en mai 2009. 

 

« Au nom de tous les bouddhistes d’Asie, d’Europe et de France je souhaite vous exprimer, Monsieur le Maire de Paris, notre profonde gratitude et nos plus chaleureux remerciements pour avoir permis, ici à l’Hôtel de Ville de Paris, l’organisation de cette première célébration du Vesak, fête traditionnelle bouddhiste reconnue par l’ONU en 1999. 
Je remercie également tous les services de la ville et tous les intervenants qui ont permis de faciliter cette organisation et qui l’ont rendus possible.
Je salue très respectueusement Messieurs les ambassadeurs des pays d’Asie présents ainsi que toutes les personnalités et chacune et chacun d’entre vous qui ont répondus favorablement à notre invitation, exprimant ainsi leur sympathie pour le Bouddhisme.
Le Bouddhisme en France compte aujourd’hui près d’un million de pratiquants et plus de cinq millions de sympathisants, ce qui en fait la quatrième religion en France. En effet depuis le milieu du XXème la France s’est ouverte à l’immigration de très importantes communautés venues surtout du Sud Est asiatique, pays avec lesquels la France a des relations fortes depuis plusieurs siècles.
Ces communautés ont bien évidemment amenés avec elles leurs cultures et leurs religions. Elles se sont installées d’une façon extrêmement paisible et discrète, accompagnées de leurs moine et leurs moniales et recréant les lieux de cultes nécessaires à leurs pratiques. C’est ainsi qu’ont commencé à apparaître des temples, des pagodes, des monastères, des dôjôs dans toutes les villes de France et d’Europe.
Parallèlement des maîtres de toutes les traditions bouddhiques ont commencé à s’installer en Europe et bon nombre de français de souche se sont tournés vers cette religion.
Religion ? Pas de dogmes, pas de Dieu, pas de livre sacré et pas de prophète. Le Bouddhisme est apparu souvent un peu complexe du point de vue de nos religions traditionnelle.
Peu à peu ces nouveaux pratiquants se sont rendus dans les grands lieux de pratiques en Asie, ont étudiés avec des Maîtres des différentes traditions bouddhiques, ont reçus les diverses ordinations et sont devenus à leur tours des enseignants et des religieux bouddhistes créant ainsi une première lignée de transmission en France ainsi que dans la plupart des pays occidentaux.
Ce que je souhaite souligner ce soir c’est que des événements comme celui-ci permettent et permettront la nécessaire intégration de cette culture si ancienne et qui peut sembler si étrangère à la notre mais qui pourtant partage la plupart des mêmes valeurs. Ces valeurs, nous les connaissons tous, ce sont tout simplement celles qui régissent notre société : la tolérance, la bienveillance, le respect de la vie, et des libertés, la fraternité, la solidarité, la non discrimination entre les races, les sexes, les nationalités et les positions sociales, et bien sûr la non violence...
Monsieur le Maire ces valeurs sont les valeurs qui sont au cœur même de l’éthique bouddhiste et qui sont le fondement de la pratique quotidienne d’un bouddhiste, celles que tout bouddhiste essaye de mettre en pratique tout au long de sa journée.
Un prix Nobel de la paix disait déjà il y a plus de 20 ans : « il est vital que l’être humain bouleverse son esprit, qu’il apprenne à penser différemment ! »
Bien sur, vous savez aussi bien que nous que le plus difficile tant pour un homme politique que pour un religieux c’est de transformer le cœur et l’esprit des êtres humains et de les éveiller à ces valeurs que nous partageons. Non pas dans une compréhension seulement intellectuelle mais bien dans les comportements, dans les actions…
Mais dans une société ou les peurs de toutes sortes et la perte du sens de la vie entraînent des comportements de plus en plus irresponsables et individualistes, des tentations au repli sur soi et des communautarismes de tous genre, toutes les actions qui pourront être mises en place pour aller vers un éveil des consciences seront des actions bénéfiques pour chacun et pour l’ensemble.
Toutes les initiatives pour contrer les égoïsmes de tous genres seront des initiatives bénéfiques pour chacun et pour l’ensemble. Tous les moyens pour lutter contre l’avidité, la haine et l’ignorance seront des moyens bénéfiques pour chacun et pour l’ensemble. Enfin toutes les volontés qui se rassemblent pour renforcer chez chacune et chacun l’esprit de responsabilité seront des volontés bénéfiques pour chacun et pour l’ensemble de nos sociétés.
Les paroles et les enseignements donnés par les grands éveillés, il y a 1500, 2000, 2500 ans et plus, ressemblent étrangement à la lumière des étoiles. Même si cette lumière prends sa source voilà des milliards d’années, c’est bien maintenant qu’elle brille dans nos yeux et qu’elle nous fait nous sentir tout petit, c’est bien maintenant qu’elle nous rend humble et qu’elle nous ramène à la juste mesure des choses…
C’est pourquoi, Monsieur le Maire, chers amis, une soirée comme celle ci peut paraître comme une petite étoile perdue parmi les milliards d’autres, comme une goutte dans l’océan face aux défis auxquels nous sommes tous confrontés aujourd’hui, pourtant elle a son importance et pour toutes les communautés bouddhistes de Paris, de la région parisienne et au delà de France et d’Europe, elle se révèle un symbole fort à la fois de reconnaissance et d’intégration dans la société française.
Toutes les personnes qui ont activement participé à l’organisation de cette exposition "Vingt cinq siècles de Bouddhisme" ainsi qu’au spectacle qui va vous être présenté ET QUE JE REMERCIE DU FOND DU COEUR, toutes ces personnes se joignent à moi pour vous souhaiter une belle soirée ainsi que la paix et le bonheur dans votre vie à l’occasion de cette fête du Vesak qui célèbre à la fois la naissance, l’éveil et le décès du Bouddha historique. »