Zen meditation (EN tempo)

Monastère bouddhiste Ryumon Ji

Dâna house

Administrateurs :

Origines du Bouddhisme zen


Bouddha était un homme ordinaire, mais de haute extraction, puisqu’il était fils de rajah, du clan des Shakya. Il naît il y a 2600 ans dans un petit royaume du nord de l’Inde, au pied de l’Himalaya. Il reçoit une bonne éducation, intellectuelle, physique et artistique, une formation appelée à faire de lui un parfait gentilhomme.

La vie a tout pour le satifaire, il aime sa femme, il aime son fils… mais il prend conscience de la maladie, de la vieillesse et de la mort, liées inexorablement à la condition humaine. Alors, inspiré par la rencontre avec un religieux, Shakyamuni se tourne vers les écoles philosophiques et religieuses, nombreuses dans l'Inde de son temps. Il quitte sa famille et son palais, s’enfonce dans la forêt avec les ascètes ; il décide de se consacrer à résoudre la souffrance de la condition humaine, à atteindre la paix.

Il étudie et pratique les courants philosophiques de son époque, certains spiritualistes, d'autres matérialistes ; mais aucun ne le satisfait. À la fin, plutôt désespéré, animé d’une grande détermination, il s'assied dans la posture de dhyâna (zazen), décidé à ne pas bouger tant qu'il n'aura pas résolu le problème de la vie et de la mort.

L'histoire raconte qu'après avoir traversé tous les états infernaux de l'ignorance, de l'avidité, et de l'aversion, après avoir vaincu toutes ses illusions, il trouve en lui la paix suprême et éternelle. Il est arrivé jusqu'en son cœur, nature originelle, vide de toute forme. C’est à partir de là qu’il sera appelé Bouddha, l’Éveillé, Shakyamuni, le Sage silencieux du clan des Shakya.

Il continuera son assise, clarifiant le problème de la souffrance : comment elle apparaît, comment elle se développe, comment s’en libérer. C'est dans ces moment-là qu’il établit les fondements de l’enseignement qu'il exposera toute sa vie à ses contemporains.

Après avoir trouvé le chemin du cœur et l’avoir parcouru, il est le premier à définir une doctrine unitaire et raisonnable pour l’esprit humain. Il a percé toutes les illusions et s’est dressé sans peur sous un ciel vide.

À partir de son éveil, il passera sa vie à inviter ses frères humains à se libérer et à aider les autres à en faire de même.

Ses enseignements formeront les sutras du canon bouddhique. Mais nous n'oublions pas que c'est assis en équilibre, totalement immobile, sans rien rechercher, qu'il s'est éveillé et a compris l'origine de la souffrance, ainsi que son remède.

Des hommes de bien se rassemblèrent autour de lui et devinrent ses disciples. L'un d'eux, Mahakashyapa, devint son successeur, et transmit à son tour l'essence de l'enseignement à Ananda… Cette transmission, de personne à personne, de maître à disciple, s’est perpétuée sans interruption jusqu'à nos jours.

C'est ainsi que nous, pratiquants du zen, sommes disciples de Shakyamuni Bouddha : nous entendons son enseignement, nous continuons sa pratique. Telle est l'origine du bouddhisme zen.

Taiun Jean-Pierre Faure.